La Prière préférée du Pape Saint Jean-Paul II

13 septembre 2018

Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. Réciter le Rosaire n’est rien d’autre que contempler avec Marie le Visage du Christ. Je proclame l’année 2003 année du Rosaire.

Il est Urgent que nos communautés chrétiennes deviennent « d’authentique écoles de prières ». A ce titre le Rosaire est une voie vers la contemplation. Cheminer avec Marie à travers les scènes du Rosaire, c’est comme se mettre à « l’école » de Marie pour lire le Christ, pour en pénétrer les secrets, pour en comprendre le message. « Plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle sera à Jésus Christ » (traité de la Vraie dévotion de Saint Louis Marie Grignion de Monfort). Le Rosaire, « résumé de l’Evangile », reste par Marie une louange incessante du Christ.

Le 16 octobre de l’année 2002 est apparue « Rosarium Virginis Mariae ». Celle-ci est une lettre apostolique de Jean-Paul II sur la récitation du rosaire. Elle vise à rappeler le caractère christologique et contemplatif de cette prière et rappelle son utilité pour l’Église après le concile Vatican II.
Le rosaire y est décrit comme un résumé de l’évangile, une façon de supplier et d’annoncer le Christ avec Marie. Il est rappelé que Léon XIII et Paul VI avaient exhorté à sa récitation dans leurs encycliques Supremi apostolatus officio et Marialis Cultus.
Les mystères joyeux, douloureux et glorieux du rosaire sont décrits comme étant une excellente façon d’intégrer le mystère du Christ à la vie spirituelle. C’est au no 19 que le pape propose la méditation d’une nouvelle série de mystères : les mystères lumineux, afin de permettre au rosaire d’être pleinement centré sur le Christ1.
Le silence, l’écoute de la parole, le Notre Père, les ave Maria, le Gloria et l’oraison jaculatoire constituent les éléments-clés de cette forme de spiritualité. Le Saint-Père le recommande pour la paix, la famille et les enfants.